Libe entre à l’école des beaux-arts d’Aix-en-Provence en 2016 après une première partie de carrière en tant que graphiste. En parallèle de sa licence, elle crée Libe Photographe et réalise à son compte des reportages et projets publicitaires. En 2019, elle valide sa maîtrise d’expression plastique option art temps réel, tout en réalisant de nombreuses expositions collectives comme au sein d’Hybrid'Art, salon d’art contemporain de la région PACA à laquelle elle présente Un regard sur vous réalisation photographique, ou AVE FANTI !, vidéo réalisée avec d’autres artistes et présentée au FRAC PACA à Marseille, en France. Elle réalise aussi quelques expositions individuelles, dont la video Sikhism présentée au festival d’art vidéo de Casablanca, au Maroc.

Libe vit aujourd’hui à Montréal au Québec et poursuis sa pratique, elle travaille l’installation sonore, l’installation vidéo, la photographie, la performance et dernièrement, la programmation. Artiste numérique, son travail s’articule autour de deux axes intimement imbriqués. Quand elle était petite, son père lui a dit que plus elle grandirait, plus le temps passerait vite, c’est alors qu’un lien fort dans la totalité de ses oeuvres émerge dès lors. Elle s’intéresse à notre inscription dans le temps à travers nos rythmes, ainsi qu’à la relation d’une présence physique vers un psychique, ces recherches inspirées par Aperçue du philosophe Didi-Huberman, l’ont menés à réaliser de nombreux portraits: gestes, souffles, battements de cœur, regards... Elle se demande alors, qu’est ce qu’émet le corps au travers de son psychisme ?

Au fur et à mesure de son travail, dans une démarche parfois poétique et conceptuelle, les portraits liés à la rythmicité du corps au travers de formes répétitives et parfois même méditatives remettant en question notre comportement en société. Dans l’élaboration de sa recherche, elle créer grâce au numérique des interactions entre œuvres et spectateurs sous forme de jeu. Entre image enregistrée et réalité, et interroge alors ce dernier sur la temporalité. D’un point de vue esthétique, celles-ci répondent du lieu où elles sont présentées, et ne proposent visuellement que quelques informations sur leur conception ce qui peut créer un sentiment d’étrangeté. En parallèle de ses installations, son second axe de travail est la réalisation de travaux photographiques et d’éditions d’artistes accompagnées de textes. Ces séries photographiques, parfois protocolaires, interrogent aussi les conditions de notre société actuelle tout en dialoguant avec la notion de présence et d’absence.